dimanche 4 novembre 2018

[INQ28] Sebak le Béni.


Bonjour les amis,

Après deux mois de coupure salutaires, me voici de retour avec un nouveau personnage de l'Univers INQ28, qui n'est autre que le dernier membre de la Neuvième Ombre !

Je vous présente aujourd'hui la Brute nommée Sebak le Béni, affiliée au culte sectaire sanglant faisant régner la terreur dans les bas-fonds de Cordaüba, où la situation va prendre un tournant quelque peu alarmiste, mais vous le découvrirez bien assez tôt...







La première rencontre entre la Neuvième Ombre et le Caporal Gord Kilias (tel était son nom avant qu'il soit renommé) fut étonnante. D'autant plus étonnante qu'il ne rejoignit pas le Culte de son plein gré, bien au contraire... 
Elle eu lieu lors de l'attaque du Poste Delta-04, lorsque la Neuvième Ombre commença à se rapprocher de plus en plus de la surface, mettant les Mordians du 2e Desdeniain dans une position délicate.

Le Stratomancien venait d'invoquer à cette époque son troisième démon mineur, Khonsu, et ce dernier faisait un carnage au Poste, tuant Mordians, mineurs et cultistes sans pitié ni discernement. Le Stratomancien se réjouissait de sa danse, quand celle-ci fut brutalement interrompue, d'une manière les plus intrépides qui soit. L'un des Mordians qui l'affrontaient profita que Khonsu étripe l'un des mineurs pour enfoncer sa main dans l'une des blessures que le démon avait au flanc, et dégoupiller la grenade qu'il tenait.

Un instant plus tard, Khonsu explosait de l'intérieur, projetant sang, viscères et shrapnel en tout sens. Kilias en fut recouvert, et le sang du démon s'insinua 
en lui par les plaies de son torse et de son visage lacérés. Réalisant qu'il était souillé, Kilias voulu mettre fin à ses jours. Mais c'était sans compter sur les desseins du  Stratomancien, qui ordonna aux cultistes alentours de l'immobiliser, laissant le Mordian complètement impuissant face au Sorcier, tandis que son corps lui faisait souffrir le martyr, décuplant sa taille et sa force, en subissant les premières mutations.

"Ne lutte pas, soldat. Accueille Sa parole en ton sein... Tu seras plus grand et plus puissant que tu ne l'a jamais rêvé. Cesse de lutter, offre ton esprit à Lui."

Lorsque le corps hypertrophié et sanglant de Kilias cessa brusquement ses convulsions, et qu'une larme perla sur son visage défiguré, le Stratomancien comprit que l'esprit du soldat avait finalement été vaincu.

"Bienvenu parmi nous, Sebak le 
Béni, Purifié par le Sang... Fils de Khonsu."



Et sans plus attendre, voici Sebak sous toutes ses coutures !







Pour cette figurine, je me suis bien amusé avec ma boîte à rabiot ! Et j'ai une bonne nouvelle pour les lecteurs réguliers ! Contrairement aux autres membres de la Neuvième Ombre, j'ai pensé à prendre des photos avant peinture (Ce dernier ayant été finalisé après les neuf autres. Neuf. Comme c'est étrange... ;) ).




Pour le corps, il s'agit du Slaughterpriest de Khorne avec Hackblade et Wrath-hammer, celui qui avait été offert dans le White Dwarf, peu après la sortie de la première édition de Age of Sigmar (en Septembre 2016 si ma mémoire est bonne). Je l'avais longtemps laissé de côté faute de savoir quoi en faire, et puis ca a été le déclic lorsque je me suis mis à chercher une brute pour compléter le groupe. Son avenir été tout tracé ! Mais il y avait un hic... Il avait choisi le mauvais Dieu Noir.




Du coup, la première étape a été d'effacer toutes les icônes liées à Khorne, et de rendre plus douces toutes les arêtes des pièces d'armures. Dans un second temps, j'ai pioché dans les rabiots qu'il me restaient du kit des Exalted Sorcerers des Thousand Sons, pour offrir à ce gaillard une armure, une épée et un heaume dans le thème, ainsi qu'une ébauche de mutation digne du Dieu du Changement.




Pour le Bolter lourd, il provient d'un kit de Terminators du Chaos de mémoire, agrémenté de babioles venant là encore des Exalted Sorcerers.


Et pour le plaisir, voici quelques gros plans ;)









En ce qui concerne le socle, une fois encore, il s'agit de la série de socles texturés 'Chaotic Magma' de la marque 'Madlab73'. A ceci près que je l'ai intégré dans un socle plastique 32mm, évidé au préalable, et donc j'ai re-sculpté les bords.


De gauche a droite: Hetep, le Stratomancien, Sebak le Béni, Pabu, Ashek et Nekht.


Et voici une nouvelle photo de famille !




Du coup, vous aurez bien compris, l'arrivée de ce dernier personnage ne peut annoncer qu'une seule chose... La fin de l'Acte III ! Alors restez dans les parages, car tout va commencer à s’enchaîner très vite ;)

Sur ce, je vous souhaite une excellent Dimanche, et à bientôt ! :)

Enjoy,
Alskayer



dimanche 26 août 2018

[INQ28] Acte II, suite et fin !


Bonsoir tout le monde !




Suite à la création du Sous-Secteur Cordaüban, de tous nos joyeux drilles et leurs aventures, voici ENFIN la suite de l'Acte II, retraçant l'évolution du Cartel Pourpre à travers le journal de Bord de Lord Kaliben (vous pouvez retrouver l'acte II complet ici), et leurs aventures suite à leur rencontre avec le Stratomancien !

Et si vous avez lu l'acte I (si ce n'est pas le cas, vous pouvez le trouver ), vous allez retrouver des personnages secondaires qui vous seront probablement familiers, et découvrir une autre facette des personnages principaux !

Mais je n'en dis pas plus, je vous laisse le plaisir de découvrir la seconde partie de l'Acte II ;)




Acte II - Le Cartel Pourpre.




Journal de Bord de Lord Kaliben, retrouvé lors de la perquisition de ......................
=][=
// Censuré par l'Ordo Archivis Inquisitorial  //


Journal de Bord: jour 302

Je ne pensais pas que cette journée de torture purification me ferait un si grand bien. Ce traître a tellement été saigné qu'il m'a donné plus encore que je ne l'aurais imaginé. Ma chère Ashaah s'en est donnée à cœur joie. Vu les tourments qu'elle a fait subir à ce malheureux Tarek San, je n'ose imaginer ce qui arrivera quand elle mettra la main sur Akhizar...

Mais mon Cartel est maintenant purifié. Et je vais m’arranger pour que la nouvelle se répande si promptement que cela dissuadera quiconque de tenter un autre exploit de ce type, qu’il soit client ou employé.

Si on veut être respecté, il faut être craint. C'est malheureusement inévitable. Alors je ferai ce qu'il faut pour qu'ils tremblent de tout leur être au seul murmure de mon nom.


Journal de Bord: jour 304

Les casiers de Tarek San furent mes étrennes, et je vais dès maintenant utiliser mes nouveaux jouets. J’ai notamment trouvé un Technoserviteur inactif, que j’ai pu faire réactiver par l’un des contacts de Pax dans le Spacioport (en lui forçant un peu la main). Je suis certain que ce Karl-9 va m’être d’une très grande utilité dans le futur.

Mais pour l’instant, j’ai une autre tâche à accomplir. Je dois découvrir qui est ce Stratomancien.


Journal de Bord: jour 309

J'ai enfin pu mettre un visage sur le nom pompeux de Statomancien.

J'ai pu avoir un entretien avec cet individu, non sans quelques heurts. Sa suite est des plus étrange et, bien que j’ai du mal à l’admettre, me mettait mal à l’aise. Heureusement que mon nouveau visage ne laisse rien paraître.

Il se comportait comme un gourou. Il essayait ardemment de se donner l’image d’un chef de clan puissant… Et en parlant de puissant, je n’arrive pas à me débarrasser de l’odeur fort nauséabonde et incommodante qui émanait de lui. Les forces qu'il tente d'amadouer ne connaissent visiblement pas le savon.


Journal de Bord: jour 311

Malgré son apparence repoussante, le Stratomancien est malin et pourvu d’intelligence, c’est certain.

Il m’a fait comprendre que les transactions entamées avec Tarek San n’étaient qu’un début et que les besoins de lui et de son  « Culte grandissant » commençaient à devenir exponentiels (quand je disais que c’était un gourou), il nécessiterait dans un proche futur beaucoup plus de matériel.


Journal de Bord: jour 349

Ce matin s’est déroulée la première livraison depuis le « remplacement » de Tarek San.

Cela fut bien plus compliqué que prévu à remettre sur les rails, mes indics de Cordaüba Minor étant devenus très avares de renseignements depuis « l’accident » de DeBagne, mort il y a maintenant huit jours. Mais ce n’est qu’un écran de fumée, de la poudre aux yeux.

Je suis sûr que cet Inquisiteur est impliqué dans cette histoire… J’ai entendu des rumeurs, Snake m’a rapporté toutes les informations qui traînaient à son sujet. Il va falloir que je surveille cet individu et son groupe, car cela risque de gravement nuire à mes affaires... Mais je digresse.

Lors de la livraison, je me suis rendu compte que ce salopard de Tarek San m’avait bien roulé. J’avais retrouvé grâce à Salem les dockaires habituellement en charge des livraisons, le parcours, leurs contacts, etc. et je les ai vus à l’œuvre, eux et les hommes du Stratomancien, et la mécanique semblait huilée bien plus que de mesure... L'un des contremaîtres des Docks C, un certain Solomon, semble notamment très impliqué pour faire tourner cela d'une main de fer.

Le contenu n’est pas extrêmement palpitant : matières premières, rations, armes de contrebande, etc… mais le Stratomancien m’a laissé entendre qu’il avait une quête pour moi, qu’il m’a promis de me rémunérer à prix d’or.


Journal de Bord: jour 356

En plus d’être très malin, le Stratomancien est apparemment très très riche. La mission est périlleuse, mais le sorcier m’a payé la moitié avance, une somme représentant presque 150% de mes profits de l’année passée. Pour un seul voyage. Pour un seul artefact. Inutile de dire qu’il cherche ardemment cet objet. Et ma réputation me précède.

Mais cela va être un long voyage, et je vais rester très loin de Deliverance pendant longtemps. Du coup, j'ai chargé Solomon de s'assurer que les livraisons se déroulent convenablement. Bien que cela m'ennuie, j'ai laissé Salem sous sa garde, et je l'ai mis en garde...

Il sait très bien ce qui est arrivé à Tarek San.


Journal de Bord: jour 364

Cela fait maintenant six jours que je suis parti, guidé par Yegor Astelan Sixtus, descendant de la maison Sixtus.  Devant passer près du flux de Celtor, il me fallait un Navigateur. Navigateur dont j'aurais encore plus besoin quand je plongerai vers les ténèbres du Warp pour atteindre les Mondes Exodites.

Lorsque j'ai glissé dans la main de Yégor le document avec inscrit dessus les honoraires que je lui proposais, il m’a semblé que les yeux de ce dernier se troublait tellement les zéros se cumulaient sur le papier. Malgré ses trois yeux, la somme l’a visiblement assez aveuglé pour qu’il me suive. Et cela fait bien mon affaire.

// NdlI – Yegor Astelan Sixtus, Navigator de Classe C. Serait affilié à la Grande Maison Sixtus. S’il dit vrai, c’est qu’il n'en est qu’un descendant très éloigné, car aucun membre des Maisons Nobles n’accepteraient de franchir la bordure avec des mercenaires et des xéno-traficants, il en va de leur réputation. //


Journal de Bord: jour 377

Je sens de la tension avec Fett. Depuis plusieurs semaines. Il n’aime apparemment pas du tout la tournure que prennent les évènements. Je pense que ma rencontre avec le Stratomancien l’a un peu déboussolé, et la présence de Yégor ne fait que renforcer son mal-être. Les sorciers et les forces ésotériques sortent totalement de sa sphère de compréhension et le rendent extrêmement nerveux.

Cela a beau être l’un des meilleurs mercenaires qui soit, j’ai besoin d’hommes sans failles. Je ne peux plus compter sur lui.

Ce soir, avant mon départ pour les mondes exodites, je fais un arrêt par le Spatioport de Saran Luxor. Il me faut trouver un remplaçant. J’ai une nuit pour trouver l’âme la plus paumée de ce Spatioport.


Journal de Bord: jour 378

Mère Profits a entendu mes prières. D’une curieuse façon, mais elle les a entendues. Car je repars de Saran Luxor ce matin avec un nouveau membre d’équipage, pour remplacer Fett (Qu’il aille au Warp !).

Je quitte le Spatioport avec un T’au à bord.
Oui, un T’au.

Mais pas n’importe quel T’au, je pars avec un vétéran totalement siphonné du bocal ne jurant que par l’Astra Militarum. Je l'ai trouvé par l'intermédiaire d'un certain Adrew, un barman qui m'a rencardé sur ce cul-bleu. "Il se prend pour un garde impérial le con!", m'avait-il répété en riant aux éclats, de plus belle à chaque fois qu'il le mentionnait. Tu m’étonnes qu’il était la risée du Spatioport. Mais ses états de services restent impressionnants, et j’ai vraiment besoin de puissance de feu.

Mon nouveau garde du corps est donc un cul-bleu revêtu d’un uniforme de sous-officier de la Flotte de Saran Luxor. J’ai hâte de le présenter au reste de l’équipage. Je pense que le reste du trajet va se révéler extrêmement divertissant.


Journal de Bord: jour 432

Ca y est, nous voilà enfin à la Croisée des Hqlan. La traversée du Warp a été extrêmement éprouvante, mais nous sommes arrivés.

Mon équipage commence à se remettre de ses émotions et, j’en suis surpris, tout le monde est encore vivant. Ashaah est enfin ressortie de ses quartiers, manquant d'éviscérer Saal (notre cher ami T’au), la première fois qu’elle le vit. Je l’avais prévenue pourtant, pendant l’une de nos entrevues, mais le Warp n’est pas sa tasse de thé à elle non-plus.

Nous commencons à tourner comme des lions en cage, et tout le monde veut poser le pied à terre. Nous nous dirigeons vers Atoqlima, principale planète de la Croisée. Approche lente, traversée de l’atmosphère prévue dans seize heures.


Journal de Bord: jour 434

Si seulement vous pouviez voir ce paysage comme je le vois. Si vous pouviez en appréhender toute sa richesse et ses couleurs… Atoqlima est d'une beauté pure, d'une singularité que l'on ne retrouve pas dans le petit imperium humain. L'air y est pur, et les gens simples. L'ambiance qui s'en émane est empreinte d'une société indigène d'apparence primaire, visible dès que l'on s'éloigne des principaux accès et archaïques ports d'amarrage.

C'est en voyant ce genre de mondes que l'on en vient à haïr cet empereur-cadavre qui nous enfermé dans ses usines crasseuses et les rouages graisseux de son industrie, broyeuse d'êtres vivants. Ces gens sont simples et paisibles, et vivent en paix.

Mais je ne suis pas là pour faire du tourisme ou ressasser les vices de l'empire des hommes. Ma tâche est plus... Lucrative. et c'est maintenant que la chasse commence.


Journal de Bord: jour 447

Le Tiqmacoalt. Voilà comment s'appelle l'artefact que je recherche. Du moins, c'est le nom qui lui a été donné ici. Les premières pièces du puzzle s'assemblent. Selon les premières recherches, elles serait liée à l'une des entités Slann ayant régné sur la Croisée. La Lame de Tiqma, un relique sacrificielle d'un Prêtre Rubis extrêmement prolifique selon les récits. Selon ces mêmes récits, elle serait plantée dans l'autel de l'un des temples perdus, appelé l'Autel Pourpre. Quelle ironie...

Il faut maintenant réussir à rentrer dans les anciennes enclaves Slanns pour retrouver ce temple et le fameux autel.


Journal de Bord: jour 458

J'ai découvert une seconde enclave, elle-aussi en ruines, mais j'ai fait chou blanc... Je suis toujours à la recherche de la Lame. Mon client devient de plus en plus pressant. Saleté de sorcier à la con. Il m’a laissé entendre qu’il y avait eu des incidents sur Kodis, que le "berceau" avait été "compromis". Qu'il avait besoin de la Lame pour renverser la situation. Je ne sais pas ce qu'il insinue, mais ses messages en devinettes me frustrent de plus en plus. Je ne suis pas revenu dans le Sous-Secteur pour devenir de nouveau un larbin. Ce client commence à prendre des allures de maître qui ne me plaisent guère.


Journal de bord: jour 462

Je viens d'atterrir sur Antoya Prime. C'est la cinquième planète dont je foule le sol en moins de quarante jours, mais je sens que je me rapproche. L'Autel Pourpre semble être ici, et Pax a localisé un site de fouilles à l'un des pôles de la planète.

Mais il est apparemment très surveillé, ces lieux étant sous contrôle de groupes Tochqatlians, une peuplade nomade de pillards. Je me suis leurré lors de mon arrivée, cette Croisée et loin d'être exempte de conflits. Que voulez-vous, un homme reste un homme en fin de comptes... Et l'appât du gain est grand ici. Il apparaît maintenant évident que je ne suis pas le seul sur le coup. Il va falloir être extrêmement malin et discret ici, et encore plus pour entrer dans l'enclave Slann.


Journal de bord: jour 467

Le tableau devient de plus en plus intéressant. Il y a eu de nombreux affrontements récemment entre la population Antoyanne et les pillards Tochqatlians. Ces derniers recherchent de manière très active la relique et se sont mis à dos la population locale, qui considère cette même relique comme la source de la paix et de la luxuriance de la planète. En effet, lorsque fut sacrifiée sur l'Autel Pourpre l'âme la plus pure d'Antoya, la lame serait restée bloquée sur l'Autel. Cet événement fut reçu comme un signe des Dieux et mit fin aux massacres perpétués par les Slanns. Depuis, la force de vie et la puissance des sacrifiés contenues dans la lame se seraient répandues dans la pierre et dans la terre, amenant prospérité aux hommes et richesse aux sols.

Et ce conflit va m'être extrêmement utile.


Journal de bord: jour 471

 Cela va faire plusieurs jours que nous sommes à l'affût, prêts à agir. Snake a laissé traîner ses oreilles et a observé attentivement les groupes de pillards entourant l'enclave. Ashaah, quant à elle, a espionné les groupes de guerriers Antoyans retranchés dans l'enclave. Mon plan se profile.
Pax, War-E, Saal et moi nous fondons tant bien que mal dans la populace, faisant l'intermédiaire entre le vaisseau et mes deux infiltrateurs. Je n'aime pas être relayé à ce rôle d'arrière plan, mais je dois prendre mon mal en patience.

Tout se jouera dans les prochaines soixante-douze heures, et nous devons être prêts.


Journal de bord: jour 474

Nous sommes passés à l'action la nuit dernière.

Profitant de la nuit, nous avons déjoué la surveillance des pillards Tochqatlians et sommes entrés dans le temple. Ashaah m'avait prévenue qu'il était gardé. Et elle se chargea d'éliminer une par une toutes les sentinelles, pas après pas, son corps gracile effectuant la seule danse qu'elle connaisse, celle de la mort.

Lors de notre progression, je vis plusieurs fois Snake s'approcher des dépouilles, lame à la main. Certes, je n'aurais pas eu tendance à lui reprocher d'effectuer quelques rapines, mais je trouvais le moment particulièrement mal choisi. Et je ne parle pas de War-E, à la traîne... C'était un miracle qu'il ne nous ait toujours pas fait repérer, mais impossible de le décoller de Pax.

Au énième larcin, je fondis vers Snake, prêt à le rabrouer, lorsque je compris ce qu'il était en train de faire. Il scalpait les cadavres Antoyans à la manière des pillards Tochqatlians. Ce petit est une enflure hors-pair. En écrivant ces lignes, je me réjouis encore de l'avoir trouvé sur Déliverance.


Ashaah, Snake, Pax, Saal et moi arrivèrent enfin à l'Autel Pourpre, jaillissant des ombres. Aucun des guerriers Antoyans n'auraient pu soupçonner qu'un groupe de pillards puisse arriver si près de l'Autel sans être remarqués. Tous étaient morts avant même que le premier corps ne touche le sol.

J'ai embauché les meilleurs. Les Pires.

Et nous contemplèrent enfin la lame. Elle ressemblait plus à une dague qu'autre chose, une lame sinueuse au pommeau doré orné d'un améthyste... Et la prendre fut déconcertant. Je ne sais pas si je dois en rire ou en pleurer. Car lorsque la force brute se révéla inutile, nous cherchâmes un quelconque mécanique, mon passé de voleur Collectionneur tentant de trouver un loquet, de faire pivoter un verrou ou autre, en cherchant sur la surface de l'Autel. Les autres m'imitèrent, tandis que War-E, arrivé après l'assaut, regardait la gemme sur le pommeau.

Lorsque cet insupportable robot se rapprocha de moi en piaillant pour me montrer la relique plus en détail, je me retournai pour lui crier dessus et lui dire de me laisser me concentrer, avant de rester bouche bée (métaphoriquement parlant, mon masque ne laissant paraître aucune émotion).

Il me tendait la relique. Il me tendait la relique, bon sang !

Il posa délicatement le Tiqmacoalt dans la main ouverte que je lui tendis alors, et s'empressa de prendre le brillant que je lui agitais de l'autre main, qu'il fourra aussitôt dans sa trappe ventrale.

Et d'un claquement de doigts, j'ai ordonné le repli général. Nous n'avions plus rien à faire ici.

// NdlI - La peuplade Tochqatlianne, déjà mal vue de la population d'Antoya, fut accusée par la suite du vol de la Lame, ce qui engendra dans les mois suivants le tristement célèbre Génocide d'Antoya Prime //


Journal de bord: jour 476

Nous voilà enfin de retour dans l'orbite de la Croisée. Nous avons retrouvé Karl-9 en mode de veille défensive, tandis que Yégor revenait de l'une de ses pérégrinations dans la vallée proche du Port. Ce Navigator est vraiment tourmenté. Je pense que le voyage dans le Warp ne lui a pas fait que du bien. Mais sa vanité l'a corrompu, et je ne compte pas m'arrêter en si bon chemin.

Heureusement, nos allers-retours avec Saal et Pax ont été fort utiles, car nous avons pu quitter Antoya Prime hier au petit matin avec une rapidité hors-norme. Etre hors Secteur Impérial change énormément la donne. Ce soir, je vais m'autoriser à souffler un peu.

Mais ne nous reposons pas sur nos lauriers. Car cette histoire est loin d'être finie. Nous décollons dans quelques instants, Pax et Yégor coordonnent notre saut vers notre prochain point de relais. Destination: Saran Luxor.


Journal de bord: jour 491

Cela fait presque deux semaines que nous sommes dans le Warp, je n'arrive pas à extraire le Tiqmacoalt de mes pensées. Pax a réalisé un coffret pour la relique, que j'ai verrouillé dans mon coffre-fort. Mais je sens que quelque chose ne tourne pas rond. Ce fichu Warp nous soumet à ses perfidies, je dois y rester sourd. Car je sors victorieux de mon périple.

Cette mission est l'une des plus excitantes qu'il m'ait été donné de faire jusqu'à maintenant. Excitante et machiavélique. Mais, je ne vais pas mentir, je suis sujet à une incompréhension immense.

Ce soir encore, j'ai beau me creuser les méninges, je ne sais pas comment cette petite boîte de conserve a retiré la Lame. Mais (aussi irritant soit-il pour moi de le dire), je ne sous-estimerais plus jamais ce petit robot.


Journal de bord: jour 523

Vingt-Quatre heures que je suis sur Saran Luxor et il y a déjà du grabuge !

Ces pillards sont têtus et ne savent pas se reconnaître vaincus ! Je pense qu'ils n'ont pas apprécié de s'être fait doubler comme ils l'ont été. J'ai été rattrapé par ma orgeuil, je pense que j'ai été bien moins discret dans le port amarrage que je le pensais. Et leur réseau est apparemment plus grand que je ne le soupçonnais, pour qu'ils aient réussi à me trouver jusqu'ici.

Tout s'est passé très vite. Alors que Pax, Snake, Saal et moi sirotions un excellent alcool de contrebande dans une alcôve VIP du bar glauque d'Adrew - le barman qui m'avait dirigé vers Saal, avec qui j'avais sympathisé -, un groupe de pillards Tochqatlians a débarqué en vidant leurs munitions en tout sens. A posteriori, ils étaient vraiment décidés à faire un carnage.

Plusieurs piliers de bars moururent dans les premières secondes, et rapidement les tirs de laser et de projectiles solides fusèrent en tout sens, mais majoritairement dans notre direction. Saal sauta aussitôt dans ma direction pour me couvrir (il prend son rôle de garde du corps très au sérieux, et heureusement pour moi), tandis que Pax dégaina son arme et commença à répliquer, tout en renversant la table, pour nous offrir un couvert décent.

Je sentis que nous allions être acculés, lorsqu'un vacarme assourdissant retentit dans le bar, une valse infernale de plomb labourant la salle et transformant en pulpe les pillards Tochqatlians. Pour être honnête, j'ai cru que nous allions mourir la seconde suivante. Mais le vacarme s'interrompit progressivement, en un cliquètement decrescendo et de plus en plus espacé.

Quand le silence retomba dans le bar, seuls restaient debout notre quatuor, dand le renfoncement VIP, le barman et Lark le Rude, un gigantesque Sauran, le videur du bar, sa gatling encore rougeoyante. Dans la seconde après m'être relevé, j'ai proposé à Lark d'entrer dans mon Cartel contre un extrêmement somme confortable, et ce dernier sembla très intéressé.

Adrew tenta de s'interposer en vociférant, voyant d'un très mauvais œil que je lui réquisitionne son videur, sur lequel j'avais déjà lorgné lors de ma première visite... Mais je ne peux plus tolérer que l'on me manque de respect, plus maintenant.

Avant qu'il ait pu finir ses invectives, mon pistolet à plasma lui vaporisa la partie supérieure du visage, et je pu quitter les lieux avec mon nouveau Desperado.


Journal de bord: jour 544

Ça y est. Je suis enfin de retour avec le Tiqmacoalt.

Deliverance. Le point de départ, et le point de retour. Tout me ramène ici, de tout temps.
J'ai congédié Yégor le temps qu'il se remette du trajet Warp et, accompagné de ma troupe, je suis parti rendre une petite visite à Solomon. Je dois avouer que nous avons fière allure.

Sans grande surprise, j'ai découvert que ce cher contremaître avait été promu Superviseur des Docks C pendant mon absence, à la place de feu Tarek San.
Il a cependant été bien surpris lorsqu'il m'a vu débarquer, et plus encore quand il a aperçu ma suite. Ceci dit, je ne sais pas ce qui l'a laissé sans voix: le fait de me voir, de contempler les membres de ma suite ou tout simplement de poser les yeux sur Lark (décidément une excellente acquisition).

Bien que je ne lui fasse toujours absolument pas confiance et que je soupçonne d'être un peu trop proche de ce Stratomancien, j'ai été surpris de voir sa comptabilité propre, et les profits montant en flèche, notamment les livraisons. Et les petits rats de Snake n'ont apparemment rien trouvé à redire sur son attitude durant mon absence. Je l'ai peut-être mal jugé en fin de comptes.

Solomon m'a mis au courant des derniers événements. Après que l’infra-cité de Kodis ait été compromise, une seconde cellule, au sein même de Caegis Prime, a elle aussi été démantelée, il y a maintenant quarante jours, par ce satané Inquisiteur et sa division. Cependant le Stratomancien n'a pas l'air inquiété pour autant, il semble répéter sans cesse que tout cela fait parti d'un plan, d'un grand dessein... Il a chargé Solomon de me faire parvenir le lieu de la transaction : Cordaüba Minor. Une nouvelle cellule est en train d'émerger dans les raffineries polaires. C'est loin d'être l'endroit le plus idéal, mais ce n'est pas ce qui m'inquiète le plus...

Ce qui me contrarie, c'est que la Cordaüban Divison semble maintenant activement à ma recherche.


Journal de bord: jour 546

J’ai organisé le plan d’arrivée sur Cordaüba Minor. Comme je ne connais pas le quai d’amarrage sur lequel va s'effectuer la transaction, et que je ne fais absolument pas confiance à ce Stratomancien, je préfère prendre mes précautions. Ce serait vraiment trop bête de me faire avoir maintenant.

Je descendrai en premier, avec Saal et Pax. War-E tiendra donc le coffret. Snake et Ashaah resteront en retrait derrière nous, guettant dans les ombres. Karl-9 et Lark sortiront par les portes latérales, leurs armes lourdes couvrant toute attaque surprise. J'ai laissé Yégor et Salem dans mes quartiers sur Deliverance, ils sont bien trop précieux pour risquer de subir le feu ennemi.

Ainsi, je serai paré à tout éventualité. Je remettrai le coffret au Stratomancien, et nous verrons s’il veut vraiment cet artefact...

Si mère Profits le veut, demain, nous serons les plus riches du Sous-Secteur.





lundi 20 août 2018

Duel dans la Cité des Miroirs...


Bonjour à tous !

Aujourd'hui, je vous présente le duel Shadesphire que j'avais fait à l'occasion du Golden Demon Classic de Coventry en 2017.





L'idée m'est venue en voyant les deux figurines l'une à côté de l'autre dans mon magasin Warhammer habituel. J'ai tout de suite trouvé que les deux figurines racontaient une histoire, et que la dynamique fonctionnait bien (une histoire de côtes brisées et de dents en moins, bien évidemment).


C'est comme ça que je me suis dit "Ouais ça va être cool". Oui, bon, il faut de l'imagination...



C'était la première fois que j’envisageais une figurine entièrement peinte en Métal Non Métallique, j'avais pour ambition de jouer sur les reflets et couleurs des différents métaux (armure, marteaux, hache, etc... ) pour essayer de créer des usures et textures différentes. 

Par exemple, l'armure a beaucoup plus de reflets et contre-reflets que la hache, ce qui suggère que la hache est érodée et a perdu de son éclat.




 Ce projet a été étalé sur un mois et demi. J'ai eu beaucoup de mal au début pour trouver le placement juste des reflets de l'armure pour la Stormcast.

En tout est pour tout, ce projet a du me prendre facilement plus de 100 heures...





Le socle a été fait en milliput, auquel j'ai ajouté les éléments des socles de la boite. Je voulais vraiment que le duel soit instantanément reconnaissable comme un duel se déroulant dans Shadespire.

Voilà pour le blabla ! Maintenant, pour le plaisir, voici les photos du duel sous différents angles.









En espérant qu'il vous plaira !

Drew


dimanche 12 août 2018

Mon nom est Eisenhorn. Adieu, hérétique...


Bonjour tout le monde !




Après une petite semaine de dépaysement en France (eh oui, faut bien retourner à la source de temps en temps...), c'est déjà le retour sur l'établi !

Pour bien reprendre, j'en ai profité pour enfin achever une figurine qui traînait depuis quelques mois maintenant sur l'établi... L'Inquisiteur Grégor Eisenhorn en personne ! Mais avant toute chose, turn-around :







Sculpté par Maxime Corbeil, j'avais pu acquérir la figurine dès la sortie (grand fan de Dan Abnett que je suis), mais l'avais longtemps laissé de côté faute de motivation, puis n'étant pas fan des couleurs officielles... Et puis l'autre jour, à force de tester différents schémas, j'en ai finalement trouvé un qui me convenait !




Bien évidemment, j'ai ressorti plusieurs de mes couleurs favorites en ce moment, comme le Stegadon Scale Green, le Tallarn Sand, le Stormvermin Fur et les pigments...




- Pour qui travailles-tu?
- Pour L'empereur.
- Alors imaginez que je suis Lui et vous ne serez pas loin de la vérité.

Eisenhorn, Xenos


Are you talking to me?

Je suis assez satisfait du visage, je trouve que je m'en suis pas mal sorti. J'aime ien le côté mal rasé et cheveux grisonnnant, qui reste entre le Eisenhorn jeune et la version agée, complètement chauve.
D'ailleurs, je ne sais pas vous, mais peint comme cela, je trouve que ça lui donne un petit côté Robert de Niro !




Pour le socle, il s'agit de ma recette habituelle. D'ailleurs, ce n'est pas par fainéantise ou quoi, c'est surtout que ca me permet de combiner tous mes personnages avec mon armée de l'Astra Militarum, ce qui me permet de pouvoir sortir des listes totalement différentes à chaque session sans que l'ensemble ne fasse disparate.


Ma patience n'est pas illimitée ... contrairement à mon autorité.

Bon, c'est déjà fini pour aujourd'hui...En espérant qu'il vous plaira !


Toutes les infos ici

Au passage, j'en profite pour vous dire que je ferai partie du Staff lors du Waehammer Fest Europe, qui se tiendra les 18 et 19 août à Dusseldorf ! Alors si vous êtes dans les parages, n'hésitez pas à faire un détour par Forge World pour faire un brin de causette ;)

Et en attendant, comme toujours, savourez la vie, et peignez !

Passion et prospérité,
Alskayer




dimanche 29 juillet 2018

The Tale of Lorgar Aurelian...



Bonjour tout le monde,

Aujourd'hui, nouvel article avec une figurine sortant de l'ordinaire pour moi, autant en terme de taille que d'univers...

Je vous présente... Lorgar Aurelian !





En effet, avant de rentrer chez Forge World, je connaissais l'Hérésie d'Horus (30k pour les intimes) dans les grandes lignes, mais je ne m'étais jamais réellement plongé dans l'univers...

Mais avant d'aller plus loin, petit turn-around de Lorgar dans toute sa splendeur, avec son socle scénique :








Voilà pour l'introduction ! Maintenant, entrons un peu plus dans le vif du sujet...

Pour faire très court : Lorsque l'Empereur fonda l'Imperium durant la Grande Croisade, afin de  réunifier l'humanité sous une seule et même bannière, il créa vingt généraux, vingt fils, à partir de son propre ADN. Ils furent nommés Primarques et mis à la tête d'une Légion chacun.

Lorgar était l'un d'eux. Et inutile de vous dire que rien ne se passera comme prévu...

L'histoire de l'Hérésie d'Horus est contée par les écrivains de la Black Library depuis plus de dix ans, et compte aujourd'hui plus de 40 tomes (dont 38 traduits en français actuellement).

Et bien que ne connaissant pas l'histoire, l'une des figurines de Primarque m'avait toujours beaucoup plus, sans que je puisse décrypter réellement pourquoi... Ainsi commença l'histoire de Lorgar Aurelian.





Lorgar Aurelian a été réalisé en sculpture traditionnelle par Edgar Skomorowski, un ex sculpteur de Forge World dont j'aime beaucoup le travail (on lui doit aussi l'armée Solar Auxilia entre autre...).





J'ai toujours été très attiré notamment par le socle de Lorgar. Cette volée de marches avec rocs, crânes et bougies. L'ambiance qui s'en dégage est vraiment intéressante à mes yeux, et en dit long sur le personnage.





Comme chaque personnage de la "Character Series" de Forge World, Lorgar a son socle de jeu et un socle scénique, pour pouvoir le mettre en display, cela donne un petit coté précieux, un peu figurine de collection ou écrin.




Pour le socle, j'avais envie de partir sur un socle naturel, un peu comme mon armée de Nurgle. Je trouvais de bon ton que le personnage évolue sur un terrain dont la nature commence à décatir, sa force vitale comme aspirée par la noirceur de Lorgar et les forces de la Ruine. Je suis donc tout naturellement parti sur des tons gris et ocres.





Cependant, je n'étais pas fan du tout des deux crânes en flammes, qui font un peu too-much pour moi et ne collaient pas du tout avec l'ambiance que je voulais donner à mon socle. J'ai donc remplacé ces deux crânes originaux par des crânes plastiques sur lesquels j'ai sculpté des bougies. Pour les réaliser, j'ai tout simplement coupé une petite tige de carte plastique et réalisé le bout et les coulures en Green Stuff.





Une fois la conversion faite, il ne restait plus qu'à peindre crânes et bougies puis agrémenter ! Pour parachever l'effet, j'ai utilisé de l'herbe GW, des chatons de bouleau (Qui donnent l'illusion de grandes feuilles à l'échelle d'une figurine), quelques lichens et bouts de bois secs.




Concernant la peinture du personnage en lui-même, je ne vais pas mentir, je crois que je suis dans ma période bleue !

En effet, j'ai utilisé les mêmes couleurs que pour mon Culte de Tzeentch, à un point que plusieurs collègues m'ont demandé si il serait intégré à ma warband... Mais la réponse est non. J'ai d'autres projets pour cette Warband ;)

Je sais bien que ce n'est pas du tout le schéma original, mais de la même façon que je voyais le socle avec une nature commencant à flétrir autour de lui, je voulais que l'on ressente aussi cette impression sur l'armure : ternie et le métal rouillé, les litanies usées et salies...

Voici donc Lorgar sous toutes les coutures, sur son socle de jeu :









 
Je me suis vraiment amusé sur la peinture de ce dernier, ça fait du bien de temps en temps de changer un peu d'échelle, on peut travailler plus longtemps certains détails et effets.

Sans grand surprise, la partie qui m'a pris le plus de temps est le visage et l'effet d'OSL. C'est un effet que j'avais testé sur mon Stratomancien (qui était, je peux le dire maintenant, la figurine test pour Lorgar) et, bien qu'il soit encore perfectible, je trouve que je ne m'en suis pas mal tiré (Merci encore à Drew pour son aide/coaching !). Lorgar étant un psyker, j'ai pensé que cela lui conviendrait fort bien. J'ai d'ailleurs repris la même couleur sur les runes du socle scénique pour faire comme un rappel.

Enfin, voici quelques gros plans pour le plaisir ;)




  

Voilà pour aujourd'hui, j'espère que cette figurine vous plaira et à la semaine prochaine ! Et je vais vous quitter sur ces bonnes paroles...

"La différence entre Dieux et Démons dépend en grande partie de l'endroit où l'on se tient à ce moment là." Lorgar Aurelian


Alskayer